Présentation du BAGH

Périodique Ecole Supérieure d'Electricité
Périodique Ecole Supérieure d'Electricité
Périodique Ecole Supérieure d'Electricité
Périodique Ecole Supérieure d'Electricité
L'Ardennais-L'Union 2008
L'Ardennais-L'Union 2008
Fédération Française des Amis des Moulins
Fédération Française des Amis des Moulins
Lauréat appel à projets APUI Douai  - 2009
Lauréat appel à projets APUI Douai - 2009
Magazine Décisions Durables Avril 2010
Magazine Décisions Durables Avril 2010

Communication et contacts:

Yves CUNIN

Le BoisHüe 35720 Lanhélin

Tél.02 99 73 70 93 portable: 06 811 280 71

bagh@orange.fr

yves.cunin35@orange.fr

 

Conception et technique :

Jean CUNIN Ingénieur Art & Métier et Ecole Supérieure d'Electricité

5 rue Jacques Hesry 35400 Saint-Malo

jean-cunin@orange.fr

EDITORIAL

     L'hydrogène est un porteur d'énergie de grand intérêt lorsqu'il est préparé à partir des énergies naturelles renouvelables. Il a été utilisé pendant plus de cent ans comme composant à 50 % du Gaz de ville. Il était alors préparé à partir de charbon chauffé à haute température. A la fermeture des charbonnages, il a été remplacé par du Gaz naturel, aujourd'hui acheté à l'étranger.

     Dès le premier choc pétrolier (fermeture du Canal de Suez) et à l'aube des centrales atomiques, certains ont cru voir en l'hydrogène une solution miracle à nos problèmes d'énergie car, accessible seulement aux gros producteurs d'électricité. Il faut en effet 5 kwh pour produire un mètre cube d'hydrogène. On ne jurait alors que par l'énergie électrique qui doublait tous les 10 ans, sans voir que, même les vieux arbres ne montent pas jusqu'au ciel. On pensait que l'atome autoriserait tous les développements. On pensait aussi que pour produire "bon marché", il fallait de gros appareils et l'on a versé dans le "gigantisme". La taille des centrales électriques a été multipliée par 20 en 50 ans.

     Fort bien, mais à une production "de masse", il faut nécessairement associer une consommation "de masse", c'est-à-dire disperser à travers la France l'énorme quantité d'énergie produite en un point. C'est le réseau qui s'en charge, à condition qu'il existe. Il n'y a pas de réseau d'hydrogène.

     Avant la première révolution industrielle, les besoins vitaux de la population: farines, eau, chaleur , travail étaient satisfaits au "cas par cas" par les moulins à eau ou à vent, par les puits individuels, par le bois, le gaz par l'artisanat associé à l'habitation.. Petit à petit, le progrès aidant, ces installations se sont développées jusqu'à se souder, d'une manière ou d'une autre, donnant ainsi naissance aux réseaux..Il a fallu cent ans et plus.

     Pour un commencement et, par ses qualités, l'hydrogène peut se prêter à de multiples usages. Il doit donc être présent partout. Les quantités à produire seront très étalées dans l'espace. Nul besoin pour cela d'un réacteur atomique, les énergies naturelles : le solaire, l'éolien et surtout les moulins à eau( que l'on essaie de faire disparaître en ce moment selon une directive imbécile européenne) suffiront largement. Ces petites installations seront les points d'enracinement d'un réseau qui se développera à son rythme pendant des décennies. Il y avait en France, à la Révolution 90000 moulins à farines (eau et vent) et sans doute 120000 si l'on y ajoute les autres moulins. Nous proposons de remettre en fonction ceux  qui peuvent l'être en les équipant d'un Bloc Autonome Générateur d'Hydrogène (appareil breveté en France) qui permettra, sans l'aide d'aucune source d'énergie extérieure, d'obtenir les quantités d'hydrogène souhaitées en utilisant uniquement l'eau courante.